Hollow Knight, le périple entomologique.

Contraction des séries de jeux Metroid et Castlevania, le Metroidvania est un genre qui place le joueur dans un monde interconnecté. Pour explorer à la perfection chaque zone, le joueur doit récupérer des capacités disséminées un peu partout dans le monde. Même si les grands classiques des Metroivania sont sortis il y a plusieurs dizaines d’années, il y a depuis le début de la décennie de nombreux jeux de ce genre qui sortent régulièrement, notamment grâce à la scène indépendante. Nous allons maintenant voir l’un des meilleurs représentants modernes des Metroidvania, Hollow Knight.

hollow_knight_title_large_black.png
Hollow Knight est donc un Metroidvania sorti le 24 février 2017 développé et auto-édité par Team Cherry, dont c’est le premier jeu. Dans ce jeu, on contrôle un chevalier sans nom qui doit explorer les souterrains d’une ville appelée Dirtmouth. Il sera armé durant ce périple d’un aiguillon, qui l’aidera à combattre les créatures qu’il croisera sur son chemin. Il est actuellement seulement disponible sur PC, mais est censé sortir dans les prochains mois sur Nintendo Switch.

Un gameplay parfait qui donne toute sa force au jeu.

  Le gameplay d’Hollow Knight est sa plus grande qualité. Il s’agit, comme pour beaucoup de Metroidvania, d’un mélange entre exploration et combat, auquel se rajoutent de nombreux passages de plateformes.

Pour son exploration, le jeu prend la formule du Metroidvania et la sublime. Chaque zone a son lot de secrets à découvrir, quelque soit votre niveau de complétion ou vos capacités. Ces dernières sont d’ailleurs très bien utilisées, même si les fans du genre les trouveront assez classiques (double saut, le classique « dash »). Les phases de plateformes que l’on retrouve dans les différents endroits sont assez équilibrées au niveau de la difficulté, et permettent de rajouter un peu plus de difficulté au jeu (même si il n’en a pas spécialement besoin). Il y a aussi la mécanique de voyage rapide, instaurée par les stations de coléoptère, ainsi que des checkpoints qui prennent la forme de bancs. J’émettrai d’ailleurs un reproche à leur sujet, car je les trouve assez mal répartis pour la plupart, ce qui peut rendre la progression encore plus compliquée, surtout étant donné que l’on perd tout son argent à sa mort, et que pour le retrouver il faut ne pas mourir sur le chemin pour récupérer son Âme.

Les combats sont personnellement mon gros coup de coeur du jeu. Ce qui est une mécanique toute simple de premier abord (puisqu’au début on ne peut que taper avec l’aiguillon), devient presque un art à certains passages. Et, en plus d’avoir certaines capacités liées au combat à débloquer, Hollow Knight introduit les charmes, des sortes de sorts qui améliorent le personnage. Il y a énormément de combinaisons possibles, ce qui crée une diversité non négligeable. De leur côté, les ennemis sont extrêmement variés (il y en a presque 150), et possèdent des attaques qui obligent à s’adapter assez régulièrement. Enfin, ce qui est pour moi LE point fort du jeu, ce sont les boss. Tous d’une maîtrise remarquable, autant dans leurs mécaniques que dans leur mise en scène, il n’y en a pas un que j’ai trouvé mal conçu. Mon préféré (pour le moment, j’ai fait la principale fin du jeu mais il me reste beaucoup à découvrir) est le Maître tiré du pack de contenu The Grimm Troupe. Et mention spéciale au Colisée des Fous, qui est une excellente idée selon moi (bien qu’extrêmement compliqué à compléter).

maxresdefault (2)
L’un des premiers boss trouvables dans le jeu.

Un univers majestueux d’une rare cohérence.

La direction artistique est une perle de splendeur à certains moments. Que ce soit dans les effets de particule ou dans leur lumière, toutes les « salles » du jeu sont réussies. Mais, ce qui est encore plus remarquable, c’est la cohérence de l’univers. Malgré le fait qu’il y ait des différences très marquées entre les zones (on passe par exemple d’un canyon embrumé à des jardins royaux), l’univers du jeu garde une constante harmonie. Le level-design est très bien adapté aux besoins des différentes capacités et regorge de secrets, comme des murs à casser ou juste des cachettes renfermant des Geos, la monnaie du jeu. J’aime aussi beaucoup l’idée qu’il faille retrouver le cartographe dans chaque zone pour pouvoir s’y retrouver dans le lieu en question, même si cela peut conduire à de la frustration lorsqu’on ne sait pas où le chercher. Le design des ennemis est génial, et représente eux aussi parfaitement la cohésion du jeu : Les ennemis se « ressemblent » mais chacun a sa spécificité. Les boss ne sont pas en reste, avec un design qui peut être mignon ou terrifiant.

hollow_knight-2017-03-02-12-27-22-669
Le personnage que vous devrez trouver à chaque zone : Cornifer le cartographe.

Une ambiance unique qui peut provoquer de nombreuses sensations.

Il y a une grande quantité d’ambiances différentes dans Hollow Knight. Celles-ci dépendent beaucoup des tons de couleur adoptés dans chacun des endroits : pour une ambiance paisible, ce seront les couleurs vertes et violettes qui seront privilégiées tandis que pour une ambiance plus malsaine, les zones auront tendance à être beaucoup plus sombres (manque de lumière et utilisation de couleurs grises/noires). Le tout est sublimé par l’OST composée par Christopher Larkin, qui arrive parfaitement à transmettre les émotions voulues, et donne une dimension épique à la majorité des combats de boss. Personnellement, mes pistes préférées sont celles du Maître de la Grimm Troupe et celle de Nosk, car elles collent totalement aux boss auxquels elles sont attribuées.

maxresdefault (3)
Ma zone préférée, nommée Brumes Canyon.

Un lore qui se dévoile au fil des explorations.

Comme un bon nombre de Metroidvania, Hollow Knight laisse la narration de côté pour se concentrer sur l’univers et le gameplay. Cependant, si le joueur s’en donne les moyens, il est possible de retracer l’histoire des souterrains et d’en apprendre plus sur ses habitants, notamment grâce aux pierres trouvables un peu partout (parfois même dans des endroits cachés). On peut aussi mentionner l’aiguillon des rêves, qui peut apporter des précisions sur des personnages ainsi que sur leurs pensées. Tout cela donne une nouvelle dimension au jeu, même si elle paraîtra superflue pour certains.

DZDZZD
L’une des salles les plus importantes au niveau du lore.

Qualités :

– Un gameplay irréprochable
– Des boss absolument divins
– Un univers original et très abouti
– Une difficulté bien équilibrée
– Les mécaniques des Metroidvania respectées et perfectionnées
– Des mécaniques originales (le cartographe)
– Un mélange d’ambiances réussi
– Une bande son de bonne qualité
– Un lore riche
– Très bien traduit
– Un immense contenu (au moins 40h pour explorer la majorité des possibilités)

Défauts :

– Une mauvaise répartition de certains checkpoints
– Palette de pouvoirs qui paraîtra trop classique pour les fans de ce genre

En conclusion, Hollow Knight s’est révélé être une claque intersidérale. Son univers, ses boss et son gameplay l’ont hissé en tant que monument vidéoludique personnel. Si vous n’êtes pas trop affolés par la difficulté, ce jeu est à faire absolument. Je ne saurai trop vous recommander d’autres jeux avec le même genre d’univers, tellement celui ci est original, mais je peux au moins vous recommander d’autres Metroidvania, comme Salt&Sanctuary ou La-Mulana, qui se sont imposés comme des références du genre ces dernières années.

Où trouver les jeux mentionnés :

Page Steam d’Hollow Knight
Page Steam de Salt&Sanctuary
Page Steam de La-Mulana

Merci d’avoir lu cet article, s’il vous a plu n’hésitez pas à le partager, à l’aimer ou à le commenter !

A la prochaine pour d’autres gemmes enfouies !

Murky.

 

7 commentaires sur “Hollow Knight, le périple entomologique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s