Distraint, la poésie sanglante.

  Avec actuellement deux jeux à son actif, un jeu en préparation (qui sortira normalement en mai de cette année) et un projet… sans nouvelles (The Human Gallery), Jesse Makonnen a su imposer sa patte en tant que développeur (et auto-éditeur) indépendant finlandais. Son premier jeu, nommé Silence of the Sleep, n’a pas fait énormément parler de lui, mais son 2ème titre, que nous allons traiter aujourd’hui, a rencontré nettement plus de succès (mais pas assez selon moi, c’est pour cela que j’en parle aujourd’hui).

AIF
Note préliminaire : Je n’ai joué qu’à la version normale du jeu. Donc il est possible que certains défauts soient corrigés dans l’édition Deluxe du jeu.

Distraint est un jeu vidéo d’horreur psychologique (comme tous les jeux de ce développeur sortis pour le moment) sorti le 21 octobre 2015 développé et édité par Jesse Makonnen. Il est disponible sur PC (Steam) pour 5€, sur mobile (sur Ios pour 1,09€ ou sur Android gratuitement avec des publicités) et il a été annoncé pour cette année sur PS4 et sur PS vita. Dans ce jeu, vous contrôlez un jeune homme nommé Price voulant effectuer un partenariat avec une entreprise. Pour cela, il doit déloger trois personnes de leurs maisons, en commençant par une retraitée veuve. Après s’être occupée de celle-ci, tout s’emballe.

Un scénario original et un suspens permanent

Le scénario, bien que le jeu soit plutôt court, est excellent. Il possède beaucoup de rebondissements, le suspens est total du début jusqu’à la fin, et certains passages sont vraiment géniaux de par leur écriture (mention spéciale à la scène du cimetière et au chapitre final). Le message que le jeu fait passer est excellent, même si il peut ne pas paraître très original. Les dialogues sont touchants, le personnage est attachant. Tout est là pour servir l’histoire et l’ambiance qui s’en dégage.

JOZE
L’introduction d’une de mes scènes préférées du jeu.

Une ambiance parfaite grâce à de nombreux atouts

     L’ambiance est clairement la principale qualité du jeu. Rien que le choix d’utiliser une petite partie de l’écran renforce le côté claustrophobique qui est présent pendant tout le jeu. L’ambiance sonore est parfaite, les musiques sont toutes appropriées et ont toutes une identité qui marque leur différence. Les nombreux effets de lumière contribuent aussi à cette ambiance, donnant un côté chaleureux au jeu. De plus, contrairement à la majorité des jeux d’horreur, Distraint n’abuse pas des screamers/jumpscares (il y en a quelques uns dans le chapitre final malgré tout, mais ils sont bien utilisés) et ne se base que sur son ambiance pesante et glauque.

Zaaaa
Passage où l’on rencontre les trois patrons, sûrement celui qui illustre le plus mes propos.

Un pixel-art maîtrisé et une mise en scène assez originale

Si le jeu ne semble pas payer de mine à première vue avec sa pauvre petite bande au milieu de l’écran et ses graphismes pixelisés, il cache des graphismes très jolis, des animations très fluides ainsi qu’une maîtrise du pixel-art très visible. Le jeu est magnifique, en partie grâce à sa mise en scène qui tente beaucoup de choses que je n’avais jamais (ou rarement) vues dans un jeu vidéo. Les exemples les plus marquants selon moi sont la dernière scène comprenant les parents de Price et (je le mentionne encore une fois, désolé) son chapitre final.

ZJIAEF
Un exemple de mise en scène qui montre les regrets de Price.


Qualités :

– Une ambiance parfaite et glauque à souhait
– Un scénario original bourré de suspens
– Une mise en scène originale
– Un gameplay simple mais très efficace
– Des graphismes très jolis et des effets de lumière magnifiques
– Une écriture et des dialogues excellents
– Un jeu touchant grâce à son message et ses personnages attachants
– Le chapitre final
– Une durée de vie correcte (2 à 3h, largement suffisant pour ce type de jeux)

Défauts :

– Un personnage un peu lent
– Un système d’inventaire pas toujours pratique
– Quelques fautes dans la VF du jeu

Pour conclure, Distraint a sûrement été l’une des plus grandes surprises dans ma vie de joueur. Avec une ambiance qui rivalise avec les plus grands jeux d’horreur, un scénario original et des graphismes très jolis, Distraint se place pour moi aux côtés des meilleurs jeux du genre, et je vous encourage vivement (TRES vivement) à l’acheter lui et sa future suite, humblement titrée Distraint 2, qui sortira en Mai.

Où le trouver : Page Steam

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à le commenter, à l’aimer et à le partager !

A la prochaine pour d’autres gemmes enfouies !

Murky.

5 commentaires sur “Distraint, la poésie sanglante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s